Le projet national MINnD géré par l’Irex est un des co-organisateurs d'InfraBIM Open qui se tiendra à Lyon en 2021. Cette nouvelle édition concrétise les liens tissés entre les acteurs de la construction française et finlandaise, au début des années 2010 (Atelier nordique, 30/11/2011, Helsinski). Le PN MINnD - fort 59 partenaires - est en charge de la programmation d'IBO21. Le programme sera mis en œuvre conformément aux communications et aux modalités de sélection. Les usurs spéculent sur le domaine sont très similaires au participant aux propositions et aux animateurs.

L’openBIM : un triple constat

L’openBIM se définit par :

Cette approche confirme l’intérêt de l’approche par les modèles : elle fait bien supporter la traçabilité des processus, essentielle pour la confiance, par les modèles eux-mêmes grâce aux IFC. Y contribuent aussi l’Information delivery manual (IDM) qui décrit les données à fournir au modèle, les data dictionaries qui gèrent la qualité de la sémantique métier et les outils tels que le BIM Collaboration Format (BCF) qui portent l’échange de données du travail collaboratif.

Maturité et convergence nécessaire

Aujourd’hui les travaux pour développer l’openBIM ont atteint un niveau de maturité important comme le prouve l’ISO 19650 parties 1 et 2, publiées en 2019, qui apparait déjà dans les appels d’offres et la finalisation de l’IFC 4.3 prévue pour 2021.

Les retours d’expérience des premiers déploiements sur des opérations Infras réelles soulignent que l’openBIM ne devra pas se limiter au BIM : les IFC à eux seuls ne pourront porter toute la représentation de l’infrastructure. L’openBIM doit être complété par d’autres modèles ou standards (Citygml, Sensor GML, PLCS, etc…) et converger avec l’openSIG.

Bas carbone et IoT : lignes directrices européennes

L’Europe s’est saisie de la transformation digitale de la Construction et propose un calendrier de projets-programmes (Digiplace, GAIA X, Open CDE, etc…) lié à l’urgence climatique et au besoin de suivi monitoring d’un jumeau numérique à travers des plateformes numériques Avec la problématique de la trajectoire bas carbone et celle des infrastructures connectées, le BIM se trouve donc en interaction forte avec des approches, elles-mêmes complexes. Cela oblige à prendre en compte des interactions entre différents sous-systèmes et filières et sous-systèmes, rendant la notion d’ingénierie système cruciale et spécifique.

L’enjeu de la mutualisation

L’heure n’est plus seulement aux preuves de faisabilité. Les conditions de réussite et d’amélioration des différentes productivités sont maintenant à rechercher de façon systématique. A l’heure du déploiement du BIM dans les projets, d’expérimentation des plateformes, aucun angle d’exploration ne peut être négligé. Une démarche s’appuyant sur les projets doit s’imposer avec un partage collectif des connaissances au fur et à mesure de leur acquisition dans le respect des différents métiers : c’est l’objectif d’InfraBIM Open, de proposer des communications montrant la maturité de l’openBIM et celle des innovations qu’il génère.

A propos du PN MINnD

Le projet national MINnD est un projet de recherche collaborative lancé en mars 2014 en France et administré par l’Irex. Son objectif est de favoriser le développement du BIM pour les infrastructures en améliorant la structuration des données des projets pour des échanges et des partages efficaces des informations. Le PN MINnD mobilise un grand nombre d’acteurs ayant des activités liées à la conception, la construction et l’exploitation d’infrastructures. En savoir plus sur la saison 2 du PN MINnD